Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

L'immobilier de prestige résiste

Jeudi 02 juillet 2020 à 10h48 par CLUBFUNDING

C’est un secteur dont la crise a prouvé la solidité. Aussi populaire auprès des Français que des étrangers, l’immobilier de luxe est une valeur refuge dont le dynamisme pourrait s’intensifier dans le marché tricolore.

De solides fondations

Porté par le marché parisien, l’année avait commencé sous les meilleurs auspices pour l’immobilier de prestige français. La dynamique était au rendez-vous : entre septembre 2018 et septembre 2019, les prix dans la capitale avaient augmenté de 6,4 %. Une croissance encourageante soutenue par les Français, friands de biens de prestige et d’exception. Cependant, le confinement a marqué un coup d’arrêt aux transactions en cours et à venir.

Faut-il craindre une baisse des prix pour l’immobilier de luxe ? Le risque est présent. D’un côté, de nombreux vendeurs inquiets quant à l’évolution du marché se hâtent de proposer leur bien à la vente. De l’autre, l’attentisme des acheteurs face à l’incertitude des mois à venir pourrait modifier sa dynamique. Une hypothèse que peu de professionnels valident. La stabilité des prix du luxe ces derniers mois, à travers la crise, pourrait au contraire encourager des acheteurs convaincus de l’effet refuge de leur investissement à sauter le pas.

Investisseurs étrangers : un appétit croissant

Un scénario d’autant plus plausible que le marché parisien est extrêmement compétitif à l’international. Si les investisseurs étrangers et les expatriés à la recherche d’une résidence principale sont généralement séduits par le charme de la pierre parisienne, cette dernière est loin d’être la plus chère. Londres, Hong Kong ou encore Dubaï affichent des prix plus élevés. Les tarifs parisiens sont par exemple 37 % moins élevés qu’à New York en moyenne, à 15 000 € le mètre carré moyen contre 24 000 € pour la mégalopole étasunienne.

Paris brille par sa croissance quand la plupart de ses concurrentes internationales voient les prix de leur immobilier de prestige diminuer. Avec la progressive réouverture des frontières, le retour des acheteurs étrangers ne devrait plus longtemps se faire attendre. Popularité de la ville, prix compétitif et recherche de valeur refuge pourraient être les ingrédients d’une reprise dont les performances devraient être honorables.

Cap sur les littoraux français

Les Français ne sont pas en reste et devraient profiter de ce que le marché a à leur offrir. À l’image du marché immobilier dans sa globalité, celui du prestige enregistre une hausse de la demande pour les biens avec extérieur. Si le luxe réside dans des maisons avec jardin au sein de Paris, nombreux sont les ménages à envisager de se tourner vers d’autres régions françaises, ne serait-ce que pour leur résidence secondaire. Car la France a d’autres atouts que sa capitale, plus que jamais convoités.

La Bretagne, l’île de Ré, La Rochelle, le Bassin d’Arcachon, la Côte basque, la Normandie, la Côte d’Azur… Les littoraux français ont la cote et la demande ne se tarit pas, le développement du télétravail aidant. Si les biens de prestige voire d’exception se concentrent principalement sur les côtes, ceux situés davantage dans les terres ou en campagne attirent également, et permettent aux ménages les moins aisés d’y accéder eux aussi. Loin des littoraux, la Vallée de la Loire attire de plus en plus les acheteurs, en recherche de patrimoine et de campagne à proximité de Paris. Signe que la France dans son intégralité a une carte à jouer dans un secteur qui a déjà repris des couleurs.

Pour en savoir plus : https://www.clubfunding.fr/blog/immobilier-de-prestige-resiste
       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn
A propos de CLUBFUNDING
47 avenue de l'Opéra
75002 Paris
Tél : 01 77 58 38 58
Contacts :
David PERONNIN
David EL NOUCHI
Fiche complete
ClubFunding est une plateforme de financement participatif en obligations agréée par l’Autorité des Marchés Financiers depuis avril 2015.