Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur Google+ Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

Plus que deux candidats en lice pour racheter UPSA

Jeudi 13 décembre 2018 à 09h30

Le fonds d'investissement français PAI Partners et le laboratoire pharmaceutique japonais Taisho sont encore dans la course pour racheter Upsa, dont le processus de vente arrive dans sa dernière ligne droite, a appris mercredi l'AFP d'une source syndicale.

"Il ne resterait que deux candidats, PAI Partners et Taisho", a déclaré à l'AFP Bruno Bourthol, secrétaire du comité d'entreprise de l'usine d'Upsa à Agen (Lot-et-Garonne) et délégué FO, confirmant des informations des quotidiens régionaux Sud Ouest et La Dépêche du Midi.

"On n'est plus dedans", a par ailleurs certifié à l'AFP une source proche du génériqueur allemand Stada, qui était pourtant donné il y a quelques semaines comme favori pour reprendre Upsa, valorisé autour d'un milliard d'euros.

L'éviction de Stada "a surpris beaucoup de monde (chez Upsa Agen, NDLR) parce que tout le monde pensait qu'ils seraient les finalistes", a commenté M. Bourthol.

Deux autres candidats auraient aussi été écartés ces derniers jours: l'industriel italien Angelini et un autre fonds d'investissement, CVC Capital Partners.

"On ne peut pas commenter ces informations, qui ne viennent pas de chez nous", a déclaré à l'AFP une porte-parole de Bristol-Myers Squibb (BMS), le géant pharmaceutique américain actuellement propriétaire d'Upsa.

La porte-parole de BMS a rappelé l'engagement du groupe à communiquer "avant la fin de l'année" sur les conclusions de sa revue stratégique lancée en juin sur Upsa.

Présent sur le segment de la santé grand public et spécialisé notamment dans le traitement de la douleur sous forme de comprimés effervescents (marques Dafalfan, Efferalgan), Upsa a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de 425 millions d'euros.

Mais Upsa n'est qu'une infime partie de BMS, dont le chiffre d'affaires mondial a totalisé l'an dernier 20,8 milliards de dollars (18,3 milliards d'euros au cours actuel), et qui se concentre sur des domaines à plus hauts rendements, notamment l'immuno-oncologie.

Selon les syndicats, BMS aurait négligé le développement commercial d'Upsa depuis une dizaine d'années, perdant d'importantes parts de marché en France et à l'international, au profit notamment du concurrent Sanofi avec sa marque Doliprane.

Ainsi son unique usine d'Agen produit quelque 330 millions de boîtes de comprimés par an, alors que ses capacités atteignent 400 millions d'unités.







Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur Google+ Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn