Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

Chantiers navals STX de Saint-Nazaire : le projet de vente "toujours existant"

Mercredi 28 janvier 2015 à 14h38

Le projet de vente des chantiers navals STX de Saint-Nazaire par son actionnaire coréen est "toujours existant", a affirmé mardi le directeur général de STX France, Laurent Castaing.

"STX nous a récemment demandé de remettre à jour le dossier de vente (...). Le processus de vente est toujours existant", a expliqué M. Castaing à la presse, à l'issue d'une visite de l'Oasis 3, le plus gros paquebot du monde, actuellement en construction à Saint-Nazaire et dont la livraison est prévue en avril 2016.

Aucun repreneur potentiel n'a à ce jour "visité" les chantiers navals, a-t-il précisé.

En mai 2014, la Korea Development Bank (KDB), qui possède la majorité du groupe sud-coréen STX, actionnaire principal des chantiers navals de Saint-Nazaire, avait fait réaliser une plaquette pour démarcher les investisseurs, dans le but de céder ses filiales européennes.

Les trois chantiers navals finlandais de STX Europe ont été vendus courant 2014, dans le cadre de ce plan de restructuration.

STX France est détenu à 66,6% par STX Europe (filiale du sud-coréen STX) et à 33,3% par l'État français, qui dispose d'un droit de veto.

Le ministre des Finances Michel Sapin avait déclaré le 12 décembre que l'Italie avait manifesté de "l'intérêt" pour une entrée au capital de la société STX France, mais il n'y a "pas eu de visite d'Italiens" à Saint-Nazaire, a répété M. Castaing.

Le nom du constructeur naval italien Fincantieri a plusieurs fois été mentionné dans la presse transalpine, sans confirmation du groupe italien.

Si aucun acquéreur ne se présentait pour le rachat de STX France, il y a toujours "une issue possible, celle du statu quo", a souligné Laurent Castaing.

STX France, qui a lourdement investi ces dernières années, notamment en se dotant d'un portique géant qui permet de construire des paquebots de la classe "Oasis" mais aussi plusieurs paquebots plus petits en même temps, a un carnet de commandes rempli jusqu'à 2019-2020 et fait travailler actuellement 6.000 personnes, dont 2.400 salariés.

Outre deux paquebots de la classe "Oasis" pour l'américain Royal Caribbean (RCCL), le constructeur naval va commencer courant 2015 la construction du premier des deux paquebots de la dernière commande de l'italo-suisse MSC Croisières.

Par ailleurs sous-traitants de DCNS pour la réalisation de deux navires de guerre "Mistral", les chantiers sont en train d'achever la construction du second, le Sébastopol, livrable à l'automne 2015. La livraison à la Russie du premier, le Vladivostok, est toujours suspendue en raison de la crise ukrainienne.






Copyright © 2015 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité de
• 
       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn