Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur LinkedIn

Quelles raisons peuvent empêcher un dirigeant de céder sa société ? Quand la psychologie s’en mêle….

Vendredi 19 mars 2021 à 10h23 par ACTORIA

Certaines considérations financières, fiscales n’invitent pas le dirigeant à céder son entreprise. Pourtant, il y en existe d’autres moins connues qui peuvent influencer cette décision. Il s’agit des freins psychologiques.

Si ces derniers sont forts, certains ne parviendront jamais à prendre cette décision.
D’autres renonceront à leur projet durant le processus de cession car ils auront pris conscience qu’ils ne sont pas prêts à ce tournant professionnel et personnel.

Le risque à terme est de ne plus pouvoir vendre et de devoir fermer l’entreprise.

Ceci est regrettable car cela porte atteinte au dynamisme économique d’un territoire qui perd des emplois et des savoir-faire.

Dans les grandes entreprises, la préparation de la relève des cadres dirigeants fait partie d’une stratégie globale. Le problème se limite dans les faits au transfert de pouvoir de direction.

En revanche dans les PME, cette question implique un changement de direction et un transfert de propriété.

Le dirigeant est généralement très attaché à son entreprise.

Il a donné son temps et sa force de travail sans compter. Il a apporté ses idées, sa façon de percevoir l’environnement économique et social, sa manière d’organiser et de gérer. Il a investi ses économies tout en assumant les risques financiers. Il a tenu le cap durant les crises et surmontés de multiples problèmes.

Il a aussi assumé parfois le poids des aïeux dont il fallait préserver la respectabilité, la continuité tout en innovant suffisamment pour rester compétitif.

La cession à un tiers extérieur ? Risque de choc

Tout simplement parce c’est un bien intimement lié à sa propre personne entraînant de fait la vente d’un peu de « lui-même ».
L’entreprise est aussi sa source d’identité, de statut professionnel et de revenus

Philippe Pailot, Maître de conférences à l'IAE de Lille spécialisé dans la gestion des Ressources Humaines et l'Analyse Organisationnelle, écrivait que vendre son entreprise revient pour certaines personnes à « sortir d’une communauté humaine mais aussi quitter un statut social et renoncer à son identité. ».

Cette décision s’accompagne toujours selon lui de la perte de pouvoir, de légitimité et de sens.

Plus le lien affectif est fort, plus la rupture est dure.

Le dirigeant doit renoncer à sa raison de vivre et pénétrer dans une zone d’incertitude.

- l’entreprise va-t-elle survivre à son départ ?
- que deviendront les salariés ?
- le repreneur sera-t-il à la hauteur ?

Il existe aussi des freins psychologiques plus profonds.

L’histoire de vie du dirigeant participe aussi à la structuration de son attachement à son entreprise.

Peur de perdre l’objet d’un attachement

Le choix de ne pas céder, ne tient pas uniquement à une volonté de conserver une forme de pouvoir mais plutôt à la peur de perdre un objet d’attachement (l’entreprise) qui a permis la construction d’une identité personnelle et sociale.
Une cession d’entreprise correspond parfois au dénouement d’une histoire de vie et à la perte d’un lien fortement investi.
C’est un acte qui se traduit par la rupture plus ou moins radicale et définitive d’un lien à de multiples niveaux (financier, matériel, patrimonial, affectif, identitaire).

L’intimité de l’histoire du dirigeant est donc non négligeable lorsqu’il s’agit de prendre la décision de céder.

La transmission de son entreprise est une histoire somme toute humaine.

Ces sentiments et émotions peuvent apparaître à différents moments durant le processus de cession. Ils peuvent être plus ou moins forts d’une personne à l’autre.
Si les blocages sont importants, il est conseillé de se faire aider par un spécialiste.

La cession de son entreprise ne doit pas se résumer à un acte douloureux. Elle doit être l’occasion de prendre un nouveau départ.

Fabienne Gallet
Consultante Fusions-Acquisitions Actoria

Pour en savoir plus : http://www.actoria.com
       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur LinkedIn
A propos de ACTORIA
24 rue de Lisbonne
75008 Paris
Tél : 01 45 22 90 20
Contact :
Pierre SIMON
Fiche complete
Cabinet international de conseil de dirigeants souhaitant céder ou transmettre leur entreprise Premier opérateur européen spécialisé sur les PME à être physiquement implanté dans 5 pays différents - Logistique internationale - Equipe pluridisciplinaire (juridique, financière et technique).