Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur Google+ Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

MONDADORI table sur une vente de sa filiale française de magazines d'ici juin

Vendredi 15 mars 2019 à 09h40

Le groupe italien Mondadori table sur une vente de sa filiale française de magazines à Reworld Media d'ici fin juin, a indiqué jeudi son patron Ernest Mauri, en estimant que les salariés ne devaient pas être préoccupés par cette cession en terme d'emploi.

Le 17 février, Mondadori a signé une option contractuelle pour vendre 100% de sa filiale au français Reworld Media, groupe dont il va devenir actionnaire à hauteur de 8% à 10%.

Une consultation du comité d'entreprise a depuis été lancée. A l'issue de celle-ci, les deux groupes pourront signer la vente, puis l'autorité de la concurrence devra se prononcer.

M. Mauri a précisé ne pas avoir de préoccupation concernant l'avis de l'autorité de la concurrence, car "sur un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros, Reworld Media en fait 130 dans le numérique" et a donc une part de marché très faible dans la presse.

"Si tout se passe bien (...) l'opération devrait se conclure d'ici le 30 juin", a-t-il ajouté devant des journalistes, en marge de la présentation des résultats 2018 du groupe.

Interrogé sur les préoccupations exprimées sur l'emploi et le futur de l'entreprise par les salariés et syndicats, M. Mauri a estimé qu'"il s'agissait d'un préjugé non basé sur la réalité".

"J'aurais été beaucoup plus préoccupé si j'avais fait une opération avec Lagardère ou un autre éditeur, avec lequel il y a des activités qui se superposent, car dans ce cas il peut y avoir des licenciements". Avec Reworld, "dont plus des deux tiers des revenus viennent du numérique, il n'y a quasi aucune superposition", a noté M. Mauri.

"C'est une combinaison idéale", entre d'un côté des magazines traditionnels et de l'autre une entreprise forte dans le numérique, qui représente l'avenir des médias, a-t-il insisté.

"Reworld n'a jamais parlé de licenciement" et aura besoin du personnel "pour faire les magazines", a-t-il insisté.

Soulignant que Reworld va débourser 75 millions d'euros pour le rachat, il s'est interrogé: "comment penser qu'il puisse détruire cette activité en dépensant une telle somme?"

Mondadori France, numéro 3 de la presse magazine dans l'Hexagone, compte plusieurs dizaines de magazines thématiques et de sites internet associés, comme Auto Plus, Pleine Vie, Top Santé, Biba, Grazia, Closer, Télé Star, Le Chasseur Français, Science et Vie.

Les salariés estiment que le projet met en danger les 700 emplois de Mondadori France (plus des centaines de pigistes).

Ils ont mené en décembre un mouvement de grève et ont aussi conduit plusieurs actions pour tenter de sensibiliser les pouvoirs publics à leur cause.

Selon eux, une telle cession serait "une catastrophe pour les salariés de Mondadori France et aussi pour toute la presse écrite".

Ils reprochent à Reworld (qui possède déjà des magazines comme Auto Moto, Marie France ou Maison et Travaux) d'avoir construit son modèle sur la "confusion entre espaces publicitaires et contenus éditoriaux", les équipes rédactionnelles étant réduites à la portion congrue, au profit du recours à des sous-traitants non-journalistes.










Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur Google+ Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn