Partager sur facebook Partager sur twitter

L'irlandais SMYTHS TOYS choisi pour reprendre PICWICTOYS

Mercredi 06 juillet 2022 à 14h30

Le tribunal de commerce de Lille a annoncé mardi à l'AFP avoir désigné l'irlandais Smyths Toys pour reprendre l'essentiel de l'activité de l'enseigne de distribution de jouets PicWicToys, placée en redressement judiciaire en mai : 41 magasins sur 45 et 632 salariés sur 736.

Né en juillet 2019 de la fusion entre le groupe nordiste PicWic et la filiale française du géant américain Toys "R" Us, PicWicToys employait environ 1.200 personnes au moment de la fusion, mais avait dû lancer un PSE dès 2020 pour réduire ses effectifs d'un tiers.

Plusieurs offres de reprise de l'enseigne ont été étudiées par le tribunal de commerce de Lille, dont celle de HPB (Hermione, People & Brands), filiale de la Financière immobilière bordelaise (FIB) de l'homme d'affaires Michel Ohayon, qui devait reprendre tous les magasins.

Mais "les éléments qui ont fait pencher le tribunal en faveur de Smyths Toys tiennent à la capacité de financement des investissements futurs", a indiqué le président du tribunal de commerce à l'AFP.

Smyths Toys, l'un des leaders européens du jouet, "a fait une offre très complète qui répond aux trois critères de la loi : la pérennité économique du projet de reprise, le nombre d'emplois préservés et le désintéressement des créanciers", a-t-il ajouté.

L'opération de rachat s'élève à 9,03 millions d'euros, selon la décision du tribunal, dont l'AFP a obtenu copie.






Copyright © 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter