Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

Les cryptomonnaies, bientôt dans la vie de tous les jours

Mercredi 24 juillet 2019 à 12h29 par CLUBFUNDING

Très médiatisées mais encore peu utilisées par le grand public, les monnaies virtuelles pourraient se démocratiser à grande échelle en 2020 avec l’arrivée de Libra, la devise controversée de Facebook. Tour d’horizon d’un marché déjà en pleine effervescence avant ce probable big bang de la finance individuelle.

Qu'est-ce qu'une cryptomonnaie ?

Outre le fait qu’elles sont 100 % virtuelles, ces devises électroniques ont la particularité de s’échanger de pair à pair et de s’appuyer sur la Blockchain, une technologie de cryptage décentralisée censée assurer l’inviolabilité de l’échange. Elles ne sont donc adossées ni à un État, ni à une banque centrale. Le cours de la monnaie varie uniquement en fonction de l’offre et de la demande, ce qui peut la rendre très volatile. On compte environ 1 500 variétés dans le monde.

Libra fait peur, le bitcoin se réveille

Parmi les cryptomonnaies de référence, le bitcoin reste la plus connue. Elle représente près de 60% du marché, suivi de loin par l’ether ou le litecoin. Pourtant, en décembre 2018, on la croyait quasi morte et enterrée, après une chute de son cours très brutale, de 17000 euros à 3000 euros entre décembre 2017 et décembre 2018. La cryptomonnaie de référence a pourtant retrouvé de la vigueur au printemps, suite aux tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. Mieux, en juin, son cours a repassé la barre des 10 000 euros, suite à l’annonce faite par Facebook du lancement de sa propre cryptomonnaie « Libra ».

Bien que le modèle soit complètement différent de celui du Bitcoin, certains y voient une possible « prise de conscience » collective et une démocratisation des monnaies virtuelles. Mais ce chemin est semé d’embûches. Outre une forte volatilité des cours, l’arrivée de Libra prévue pour 2020 suscite beaucoup d’interrogations et d’inquiétudes, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe ou au Japon.

Pour l’instant, on sait que l’usage de Libra sera limité à l’écosystème Facebook (Messenger, Whatsapp, Instagram…). Les deux milliards d’utilisateurs du réseau social représentent néanmoins un réservoir d’utilisateurs gigantesque, et Mark Zuckeberg a un plan : en l’occurrence, créer une « super appli », à la fois réseau social et plateforme d’ecommerce, à la manière de WeChat en Chine.

Adopter les monnaies virtuelles au quotidien

L’arrivée de Libra met en tout cas en lumière l’un des grands enjeux du marché des cryptomonnaies : sortir des plateformes d’échange réservées aux initiés pour s’intégrer dans la vie quotidienne. Le 12 juin dernier, Coinbase a lancé sa carte bancaire en France. Les détenteurs de cryptomonnaies peuvent ainsi les dépenser facilement grâce à une carte de débit Visa traditionnelle, paramétrable sur l’application mobile Coinbase Card (Android et iOS).


A voir si le grand public pourra se laisser séduire par cette solution de paiement, sachant qu’une commission de 2,49 % sera prélevée sur chaque transaction, afin d’amortir la conversion en euros. Revolut (Royaume-Uni), Square (Etats-Unis) ou encore Wirex (Royaume-Uni) explorent également des applications similaires.

Vers une régulation renforcée des cryptomonnaies ?

Face à cet élargissement des usages, les États sont tentés de reprendre la main sur un secteur aussi souverain que la création de monnaie. L’arrivée de Libra pourrait ainsi avoir des conséquences catastrophiques en matière de blanchiment d’argent, tandis que la multiplication des piratages de plateformes d’échange de cryptomonnaies interpelle l’opinion publique.

Pour faire face à tous ces défis, la France a choisi d’initier la création d’un groupe de réflexion et de régulation pour analyser les perspectives des monnaies virtuelles à l’occasion du prochain G7, à Biarritz du 24 au 26 août 2019.

François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a par ailleurs manifesté son intérêt pour les « stablecoins » c’est-à-dire une cryptomonnaie stable. Le dirigeant a affirmé « se tenir scrupuleusement informé des initiatives du privé cherchant à développer des échanges commerciaux qui impliquent notamment des security tokens. » Une option à suivre de près également pour les futurs investisseurs.


Pour en savoir plus : https://www.clubfunding.fr/blog/cryptomonnaies-bientot-dans-vie-de-tous-les-jours
       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn
A propos de CLUBFUNDING
47 avenue de l'Opéra
75002 Paris
Tél : 01 77 58 38 58
Contacts :
David PERONNIN
David EL NOUCHI
Fiche complete
ClubFunding est une plateforme de financement participatif en obligations agréée par l’Autorité des Marchés Financiers depuis avril 2015.