Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

Le fonds TPG prend une part des yaourts CHOBANI contre 750 M$

Jeudi 24 avril 2014 à 12h45

Le fonds d'investissement américain TPG a pris une part dans les yaourts Chobani, une success-story fondée par un jeune immigré kurde, et va y investir 750 millions de dollars, selon un communiqué publié mercredi.

TPG, qui est basé à San Francisco, était en discussion avec Chobani depuis plusieurs semaines. Les deux parties ne précisent pas à combien va s'élever sa part du capital.

Le communiqué indique simplement que TPG sera représenté au sein du conseil d'administration du fabricant de yaourts.

Chobani va utiliser cet argent frais pour accélérer son développement à l'international et élargir sa palette de produits.

La société Chobani est une illustration du "rêve américain" comme l'affectionne Hollywood.

Selon sa biographie officielle, Hamdi Ulukaya, un jeune Kurde arrivé en 1994 aux Etats-Unis pour étudier l'anglais, rachète en 2002 un petit atelier de fabrication de fetas pour reproduire les recettes de son enfance. Très vite, son affaire se développe.

En 2005, il rachète une usine de produits laitiers du géant agroalimentaire Kraft Foods en passe de fermer. C'est là qu'il décide de produire un yaourt hyperprotéiné dit "yaourt grec" (8% de matière protéique), baptisé Chobani (un dérivé du mot "berger" en turc). Et depuis la "success-story" ne se dément plus: les ventes ont explosé et ont dépassé le milliard de dollars l'an dernier, selon le site internet du groupe basé à New Berlin, dans l'état de New York.

Copyright © 2014 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn