Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

Le CEA a cédé une nouvelle tranche d'AREVA à l'Etat français

Lundi 15 décembre 2014 à 15h24

Le CEA a cédé à l'Etat une nouvelle tranche de sa participation majoritaire dans Areva afin de financer ses charges de démantèlement, a indiqué l'AMF lundi, mais cette opération maintient le groupe nucléaire coté à 86,52% dans le giron public.

L'Agence des participations de l'Etat (APE) détient 28,83% du capital d'Areva à l'issue de l'acquisition hors marché de 27.412.875 actions Areva auprès du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, représentant 7,15% du capital, selon l'avis de l'Autorité des marchés financiers.

Le franchissement du seuil de 25% a été déclaré par un courrier de l'APE reçu le 12 décembre, est-il précisé.

Dans le même temps, la participation du CEA est passée de 61,52% à 54,37% tandis que Bpifrance Participations détient 3,32%.

Cette revente de parts à l'État n'est pas une première pour le CEA, qui avait déjà cédé 7,35% d'Areva en 2013, et un peu plus de 4% l'année précédente.

Le Commissariat pour l'énergie atomique a en effet besoin de liquidités pour financer le démantèlement de ses anciennes installations nucléaires de recherche, qui comprennent notamment des réacteurs expérimentaux, et cède de temps en temps des titres pour couvrir ses besoins, dans le cadre d'une convention conclue avec l'Etat français.

Ce dernier a déclaré ne pas envisager d'acquérir de nouvelles actions d'Areva au cours des six prochains mois.


Copyright © 2014 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité de
• Orano (ex AREVA)
       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn