Partager sur facebook Partager sur twitter

L'autorité de la concurrence examine l'acquisition de TMF par PRIMEVER et par OLANO

Mercredi 18 août 2021 à 08h00

L'Autorité de la concurrence a lancé une consultation du marché du transport frigorifique en vue du rachat de l'entreprise française TMF, basée à Béziers, par le réseau Primever, filiale du géant européen Stef, et par la société Olano.

"L'Autorité de la concurrence examine un projet de concentration aux termes de laquelle la société STEF, via sa filiale Primever, envisage d'acquérir, avec la société Olano, le contrôle conjoint du groupe TMF", a indiqué l'Autorité mardi.

Le groupe Stef a précisé que l'opération était "initiée par le Groupe Olano et Primever" et qu'il n'avait été cité par l'Autorité que parce qu'il détenait 40% de Primever, spécialiste du transport de fruits et légumes.

L'Autorité s'interroge sur "la pertinence des segmentations qui sont actuellement retenues par sa pratique décisionnelle" ainsi que sur "la dimension géographique de ces marchés", et a lancé une consultation auprès des acteurs du marché, ouverte jusqu'au 27 août.

Primever, filiale de Stef et du transporteur agenais Satar, s'est allié à Olano, un groupe familial basé à Saint-Jean-de-Luz avec lequel Stef partage déjà des activités en Espagne.

Ils comptent reprendre TMF, qui emploie 500 salariés et fait rouler 250 camions à remorques frigorifiques.

Stef, leader européen de la logistique sous température contrôlée avec ses 19.000 salariés, a enregistré un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d'euros au premier semestre (+9,8% sur un an).






Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter