Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

L'atelier CHARLES JOURDAN va connaître une 2e vie à Romans-sur-Isère

Vendredi 24 juillet 2015 à 17h20

Un petit créateur de chaussures, Ellips, a repris l'atelier de Charles Jourdan et Stéphane Kélian à Romans-sur-Isère, ex-fleuron de la chaussure de luxe française, au groupe Royer, avec l'ambition d'en faire une plate-forme de la chaussure made in France.

"A partir de savoir-faire industriels d'exception, et avec le soutien d'autres créateurs, nous souhaitons créer une plateforme de services industriels innovants pour la chaussure et reconstruire une filière menacée de disparaître", explique l'un des fondateurs Ellips, Xavier Porot, dans un communiqué publié vendredi.

La PME veut proposer des services qu'on ne trouve plus en France (développement des produits, recherche de fournisseurs, logistique, etc.) et refaire de Romans-sur-Isère un lieu de production.

"La plupart des créateurs sont en effet obligés d'aller à l'étranger pour trouver les fournisseurs et des ateliers qui acceptent de réaliser leurs chaussures tout en proposant un service clé en main", justifie Ellips. Cette plate-forme, baptisée Le Soulier français, ouvrira dés le 1er août avec 12 employés dans un premier temps.

Ex-fleuron de la chaussure de luxe française, l'entreprise Charles Jourdan a entamé son lent déclin dans les années 1980 en cumulant plans sociaux et déboires financiers. En 2007, après avoir connu plusieurs redressements judiciaires, Charles Jourdan avait été placé en liquidation judiciaire et ses 197 derniers salariés licenciés.

A la tête d'un fonds d'investissement basé au Costa Rica, un homme d'affaires brésilien, Maurizio Cavalcanti, avait alors brièvement repris l'entreprise en promettant d'embaucher 130 salariés et d'injecter 15 millions d'euros dans la société.

La justice avait finalement déclaré caduque la reprise de l'entreprise par M. Cavalcanti - finalement condamné en avril à deux ans de prison pour faux, usage de faux et escroquerie dans le cadre de cette affaire - et autorisé en 2008 le groupe Royer, leader du négoce de chaussures en France, à racheter les actifs de l'entreprise.







Copyright © 2015 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Toute l'actualité de
• Groupe Royer
• 
       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn