Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

L'armateur allemand HAPAG-LLOYD sur le point de racheter le chilien CSAV

Mardi 14 janvier 2014 à 08h30

L'armateur allemand Hapag-Lloyd est sur le point de racheter le chilien CSAV et un accord pourrait être trouvé avant la fin du mois, affirme le quotidien allemand Die Welt à paraître lundi.

Nous voulons parvenir à un accord d'ici la fin janvier, a indiqué au journal un responsable de Hapag-Lloyd.

Les deux groupes, respectivement numéro six et numéro 20 du marché, donneraient naissance ensemble à un mastodonte, à même de concurrencer le français CMA-CGM, numéro trois du secteur.

Ils avaient annoncé début décembre être en discussion en vue d'une éventuelle fusion.

Selon les informations de Die Welt qui cite des sources proches des négociations, CSAV prendrait quelque 30% de la future entité.

Mais les négociateurs doivent encore décider si le chilien apporte sa flotte de 54 porte-conteneurs ou s'il les loue à Hapag-Lloyd, précise le journal.

Hapag-Lloyd opère quelque 150 porte-conteneurs et emploie 7.000 personnes. Il a dégagé en 2012 un chiffre d'affaires de 6,84 milliards d'euros. Son activité est tributaire des fortunes de l'économie mondiale et de la vitalité du commerce international.

CSAV pour sa part, acronyme de Compania Sud Americana de Vapores, emploie un peu plus de 4.200 personnes (données 2012), et a dégagé en 2012 3,5 milliards de dollars (2,6 milliards d'euros) de chiffre d'affaires. La société est cotée à la Bourse de Santiago.

Hapag-Lloyd, ex-filiale du groupe de tourisme TUI qui en détient toujours 22%, a déjà fait plusieurs tentatives pour assurer son avenir, par exemple à travers une entrée en Bourse, projet maintes fois repoussé.

yap/lo
TUI AG

Copyright © 2014 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn