Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

G4S espère récolter 700M€ par la vente de ses filiales afin de se renforcer

Mercredi 28 août 2013 à 15h35

G4S, qui a dernièrement enchaîné les problèmes, a annoncé mercredi qu'il espérait récolter près de 600 millions de livres (un peu moins de 700 millions d'euros) avec la vente de plusieurs actifs et d'actions pour réduire son endettement et renforcer son bilan.

G4S va vendre ses services de transports de fonds au Canada à GardaWorld pour 67 millions de livres et ses services de données en Colombie pour environ 35 millions de livres.

Par ailleurs, la vente de sa filiale travaillant pour le gouvernement américain se poursuit et a attiré plusieurs acheteurs potentiels. Elle devrait rapporter environ 150 millions de livres supplémentaires une fois finalisée.

Le groupe coté à Londres et Copenhague va par ailleurs placer 140,9 millions d'actions ordinaires,
représentant jusqu'à 9,99% du capital, auprès d'actionnaires existants ou d'institutionnels. Cela représente environ 350 millions de livres au cours actuel.

Invesco Asset Management, déjà actionnaire à hauteur de 14,85%, a indiqué qu'il allait y souscrire.

"Nous allons restructurer un certain nombre d'activités pour nous assurer qu'elles soient plus compétitives et capables d'assurer de meilleures marges", a indiqué le directeur général Ashley Almanza, qui avait remplacé Nick Buckles au printemps après plusieurs échecs cuisants.

L'action G4S progressait mercredi matin à la Bourse de Londres après ces annonces, gagnant 2,53% à 251,5 pence vers 10H40 GMT, dans un marché en baisse.

"Même si nous attendons une vision stratégique plus détaillée en novembre, nous sommes encouragés par les actions entreprises par M. Almanza", a commenté Caroline de La Soujeole, analyste chez Cantor Fitzgerald.

En novembre 2011, G4S avait dû renoncer au rachat d'ISS pour près de 6 milliards d'euros, une opération qui devait donner naissance à un géant mondial du service aux entreprises mais à laquelle s'opposaient ses actionnaires.

L'incapacité du géant de la sécurité à fournir suffisamment de gardes pour les Jeux olympiques de Londres l'été dernier s'était aussi traduite par des pertes financières et surtout une très mauvaise publicité. Le gouvernement britannique avait été contraint d'avoir recours à des milliers de soldats à la dernière minute pour pallier cette défaillance.

Plus récemment, G4S a encore lancé un avertissements sur ses résultats 2013, avec des marges affectées par la fermeture de prisons aux Pays-Bas et des problèmes en Afrique.

Dernier déboire en date, G4S a été accusé en juillet, aux côtés de Serco, d'avoir encaissé indûment des dizaines de millions de livres dans le cadre de contrats pour la surveillances électronique de délinquants.

jmi/pid
G4S
INVESCO

Copyright © 2013 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn