Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur Google+ Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

EDF étudie plusieurs options pour sa filiale RTE, dont une vente partielle

Vendredi 23 janvier 2015 à 15h02

EDF étudie plusieurs options pour sa filiale RTE, qui pourraient se traduire dès cette année par la vente d'une participation dans le gestionnaire du réseau à haute tension français ou une scission partielle, rapporte vendredi l'agence Bloomberg News.

Selon l'agence de presse financière, qui cite des sources proches du dossier sans les identifier, EDF s'est fait conseiller sur la structure et le calendrier d'une éventuelle opération, qui pourrait valoriser RTE jusqu'à 15 milliards d'euros.

Une des options envisagées pourrait aussi consister en une alliance avec un autre industriel européen, mais EDF n'a pas encore pris de décision, ajoute-t-elle. Celle-ci dépendra de la stratégie mise en place par le nouveau patron du groupe, Jean-Bernard Lévy, et nécessiterait l'accord de l'Etat français, actionnaire à 84,5% de l'opérateur historique.

Un processus formel pourrait être engagé vers la fin de l'année, selon une des sources citées par Bloomberg.

Interrogés par l'AFP, EDF et RTE n'ont pas souhaité faire de commentaires.

RTE emploie 8.400 personnes et exploite le réseau public de transport d'électricité en France, soit près de 105.000 km de lignes électriques à haute tension. Conformément à la réglementation européenne, l'entreprise bénéficie déjà d'une autonomie de gouvernance, de financement et de fonctionnement, bien qu'elle reste une filiale à 100% d'EDF.

Le scénario d'une ouverture du capital, voire d'une cession de RTE refait régulièrement surface depuis plusieurs années.

En novembre, le Journal du Dimanche affirmait que l'Etat français réfléchissait à une possible cession de participation dans le gestionnaire du réseau électrique, dans le cadre de cessions d'actifs destinées à réduire son endettement et à financer des investissements dans des secteurs porteurs.

Les statuts actuels de RTE prévoient toutefois que son capital ne peut s'ouvrir qu'à un partenaire public.

"La totalité du capital de la société doit être détenu par Electricité de France, l'Etat ou d'autres entreprises ou organismes appartenant au secteur public", selon le texte. "Les modifications du capital ne peuvent avoir pour effet de transférer des actions à des entreprises ou organismes ne relevant pas du secteur public".

Vers 11H36 (10H36 GMT), l'action EDF gagnait 2,27% à 23,66 euros à la Bourse de Paris, dans un marché en hausse de 1,36%.






Copyright © 2015 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

       Partager sur facebook Partager sur twitter Partager sur Google+ Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn