Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn

Cession d'entreprise : le piège des multiples de valorisation

Lundi 26 octobre 2015 à 19h20 par ACTORIA BELGIQUE

CESSION D'ENTREPRISE : LE PIEGE DES MULTIPLES DE VALORISATION

Tout chef d'entreprise sera confronté à un moment ou un autre à la question épineuse de la valorisation de sa société. Les informations sur ce sujet foisonnent et les professionnels de l' #évaluation d'entreprise ne manquent pas. Cependant, de par leur complexité, les résultats de #valorisation ne sont pas à la portée de tous.

La tentation est alors grande de recourir à des raccourcis pour évaluer une entreprise

Il est tentant de recourir à des multiples d'éléments familiers, le chiffre d'affaires ou le bénéfice par exemple. Ainsi, une telle entreprise vaudrait-elle x fois son CA, ou x fois son bénéfice. On dit bien que L'Oréal vaut 27 fois son bénéfice ?

Ainsi, comment comprendre qu'une valorisation effectuée en bonne et due forme, mais compliquée à appréhender, par un professionnel de la transmission d'entreprise se révèle différente, voire très différente, du fameux multiple avec lequel une transaction similaire aurait été conclue ?

Cette situation créé un vrai doute chez le vendeur, et ce, surtout si la transaction en question s'est faite pour une entreprise "comparable".

Bien sûr, "comparable" sous-entend même secteur d'activité, même métier, grosso modo la même taille, chiffre d'affaires et rentabilité. Cela pourrait être le cas, par exemple, d'un concurrent direct, ce qui ne manque pas d'y ajouter du piquant.

En tant que conseil aux dirigeants de PME, nous avons évidemment rencontré ce type de situation, en somme assez banale.

Ainsi, pour le cas qui nous intéresse, il s'avère que certes le chiffre d'affaires et la rentabilité sont du même ordre, mais le concurrent en question dispose d'une importante réserve de trésorerie, n'est pas du tout endetté et a un portefeuille de clientèle bien diversifié et pérenne.

Ce sont quelques uns des facteurs bien plus avantageux qui justifient à eux seuls une valorisation plus élevée, sans qu'on ait à aller plus loin dans une analyse comparative plus approfondie des multiples facteurs, aussi bien quantitatifs que qualitatifs, que constitue une évaluation complète.

Comparer ce qui est comparable

Ce qui faut donc retenir est qu'une évaluation par des coefficients multiplicateurs suppose l'existence de sociétés strictement comparables. Ce qui est rarement le cas pour les TPE et PME qui, de par leur taille, occupent souvent des niches de marché et sont donc chacune quasiment unique.

Leur petite taille fait aussi qu'elles sont beaucoup plus sensibles aux variations de leurs résultats, ce qui rend, encore une fois, leur comparaison extrêmement délicate.

Le nécessaire travail d’évaluation

Les coefficients multiplicateurs sont les résultants des calculs de valorisation, et non le contraire. C'est peut être un moyen pratique pour représenter la valeur d'une entreprise, mais certainement pas un substitut à la véritable évaluation par un professionnel qualifié.

Par :
Kalyann KONG
ACTORIA CONSEIL (Paris)
Tel : +33 (06) 75 20 16 56
E-mail : kalyann.kong@actoria.fr

Le cabinet ACTORIA CONSEIL aide les chefs d'entreprise à réussir la #cession de leur société.

Pour en savoir plus : http://www.actoria.fr
       Partager sur facebook Partager sur twitter Icone partage sur Viadeo Icone partage sur LinkedIn
A propos de ACTORIA BELGIQUE
Avenue Louise 523
1050 Bruxelles
Tél : +32 2 627 13 51
Contact :
Hans Wagner
Fiche complete
Cabinet international de conseil de dirigeants souhaitant céder ou transmettre leur entreprise Premier opérateur européen spécialisé sur les PME à être physiquement implanté dans 5 pays différents - Logistique internationale - Equipe pluridisciplinaire (juridique, financière et technique).