Vendre, reprendre ou développer
son entreprise

Accueil > Boîte à outils > Base de connaissance > Dans quelles conditions faut-il que le cédant accompagne le repreneur suite à la cession ?

Avis d'expert

Dans quelles conditions faut-il que le cédant accompagne le repreneur suite à la cession ?

Par Patrick LEVILLAIN (apl développement - eurallia)
(apl développement - eurallia)
Tél : 0607670375 - E-mail : apld@club-internet.fr
L’accompagnement du repreneur par le cédant est un des éléments essentiels d’une transmission et il s’avère souvent déterminant sur la réussite future du projet de reprise. En effet un repreneur, qu’il soit personne physique ou personne morale, a besoin d’un passage de témoin même pour une durée très courte afin de bien comprendre tous les rouages d’une société. Certains exemples heureusement assez rares de cédants partis le jour de la signature du protocole sans même saluer leur personnel sont là pour le confirmer.

Cependant cet accompagnement sera différent selon :
- la taille de l’entreprise
- le type de repreneur, personne physique ou industriel

Pour réussir, il devra en outre s’adapter aux contraintes des uns et des autres, comme le désir de changement du repreneur et la continuité souhaité par le cédant.

A. Un accompagnement différent selon le type d’entreprise et de repreneur

1°) l’entreprise est une TPE-PME familiale, le vendeur est l’homme clé et le repreneur une personne physique :
  • si le repreneur connaît le secteur d’activité, la période d’accompagnement pourra être assez courte, au maximum 6 mois. Elle servira essentiellement à visiter les clients de l’entreprise, à apprendre les finesses du métier (réalisation des devis dans les sociétés de sous-traitance par exemple,…) et à intégrer la partie administrative lorsqu’elle est traitée par le dirigeant lui-même ou par son épouse.

  • si le repreneur n’est pas du métier, l’accompagnement sera de 6 mois à un an minimum. Dans certains cas, on pourra même envisager de salarier l’ancien dirigeant pour une fonction technique ou commerciale pour une période plus longue.



2°) l’entreprise est une PME importante dans laquelle le dirigeant n’assure aucune fonction technique ou commerciale dans l’entreprise
  • que le repreneur soit une personne physique (souvent dans ce cas accompagné d’un fonds d’investissement) ou un industriel, l’accompagnement sera de courte durée et le cédant sera plus amené à réaliser des missions ponctuelles auprès de certains clients ou organismes qu’à rester au sein de l’entreprise.



B. Un accompagnement préparé et organisé
Il est important durant cette phase de transition :
  • de bien définir les rôles : le patron doit être le repreneur ! Cela doit être clair dès le départ et le cédant doit non seulement l’accepter mais surtout le faire savoir à son personnel qui ne saurait dans le cas contraire à qui se confier et qui dirige réellement la société.

  • d’organiser de façon méthodique et programmée dans le temps la transmission de toutes les fonctions de l’entreprise. Il s’agit de donner des objectifs clairs au cédant lui évitant un rôle de figuration souvent dévalorisant et peu motivant.



C. Une transition en douceur…
Le vendeur même s’il est prêt à transmettre dans les meilleures conditions reste très attaché a son entreprise et pourrait être choqué de certaines décisions qui remettent en cause trop brutalement sa gestion (licenciements, changement de stratégie,..)
Le repreneur devra donc, pendant cette période transitoire, assurer une gestion de continuité et attendre le départ du cédant pour révolutionner définitivement l’entreprise !